Comment rebondir après la crise ?

29/04/20

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur :

La crise sanitaire de ce début d’année va nous amener à nous interroger dans bien des domaines : environnement, productivisme, modes de consommation, façon de nous déplacer… Le secteur du tourisme est en train de payer un lourd tribut à cette crise. Cependant, les besoins en termes d’échange, de partage, d’authenticité, d’éthique, de découverte et donc…

Cet article est réservé aux abonnés.

Informations et aides aux professionnels du tourisme

Un certain nombre de mesures ont été prises pour aider les entreprises et les professionnels du tourisme à faire face aux difficultés économiques issues de la crise sanitaire actuelle. Voici quelques liens utiles à consulter : L’ordonnance gouvernementale dite « à-valoir » de mars 2020 De nouvelles règles de remboursement ou de report des voyages et séjours touristiques sont mises en œuvre par l’ordonnance n°2020–315 du 25 mars 2020, prise en application de la loi d’urgence du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Ces dispositions sont exceptionnelles et limitées dans le temps car dérogatoires aux règles en vigueur. Le texte pose, entre autres, le principe selon lequel, par dérogation aux dispositions en vigueur, le professionnel ou l’association peut proposer, à la place du remboursement de l’intégralité des paiements effectués, un avoir. S’agissant des contrats de vente de voyages et de séjours, il est ainsi dérogé au droit au remboursement spécifique prévu à l’article L. 211-14 du code du tourisme. Les avoirs et les reports peuvent être proposés pour les séjours et les évènements annulés par le client ou le professionnel entre le 1er mars 2020 et le 15 septembre 2020. Les contrats annulés avant le 1er mars restent régis par la réglementation traditionnelle (article L.211-14 du code du tourisme) : le professionnel doit rembourser les sommes dans les 14 jours qui suivent l’annulation du contrat. L’avoir s’applique aux voyages à forfait et aux séjours touristiques, mais aussi aux hébergements réservés en direct auprès du prestataire : hôtel, camping… et aux locations de voiture. Texte gouvernemental : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041755833 En savoir plus : https://www.lafinancepourtous.com/2020/03/26/coronavirus-bon-valoir-report-des-sejours-et-evenements-annules/

Appel à projets de la Région Grand Est : et si votre cave attirait plus de touristes ?

La Région Grand Est s’engage auprès de la viticulture et décide d’accompagner le développement de l’œnotourisme en tant que filière prioritaire. Afin de répondre à cet objectif, l’appel à projets « Caves touristiques » vise à améliorer les conditions d’accueil des clientèles touristiques par la création ou l’amélioration des espaces dédiés à l’accueil des visiteurs dans les exploitations et caveaux viticoles et par l’aménagement de circuits de visite sur site. Les entreprises qui assurent la commercialisation directe de vins et accueillent des visiteurs sur site peuvent répondre à cet appel à projets. Si vous souhaitez créer des équipements d’accueil, de dégustation et d’animation, créer ou mettre en sécurité votre circuit de visite, créer des scénographies, outils multimédia ou des audioguides, cet appel à projet est fait pour vous. Pour être éligible, votre projet ne doit pas avoir été réalisé ou démarré au moment du dépôt du dossier. Cette subvention d’investissement versée par la Région peut représenter entre 20 et 30 % du montant total de votre projet dans une limite de 100 000 € HT. Le projet de moins 20 000 € HT ne peut être financé. Pour cet appel à projets, la réception des dossiers est fixée semestriellement aux dates buttoir suivantes : pour le 1er semestre 2020 au 30 juin 2020 au plus tard ; pour le 2e semestre 2020 au 31 décembre 2020 au plus tard. La liste des documents à fournir ainsi que les conditions de réponse de l’appel à projets sont disponibles sur le site du SGV et sur celui de la Région Grand Est. Hélène Pouzet, SGV

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Bragelogne-Beauvoir, un vignoble prêt à monter en flèche

Les deux villages, fusionnés en 1973, voient l’avenir en vert — et en bleu avec la trame de la Sarce qui retrouve des couleurs — et espèrent séduire une clientèle œnotouristique en quête d’espaces préservés et accueillants. Avec ses forces vives, vigneronnes entre autres, Bragelogne-Beauvoir, commune située aux sources d’une vallée dynamique, peut croire en l’avenir.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole