Congé de présence parentale : un régime plus large

Temps de lecture : < 1 minute

Auteur :

Tout salarié de l’entreprise, quel que soit son contrat peut bénéficier du congé de présence parentale dans le cas où il a à sa charge un enfant victime d’une maladie, accident ou handicap grave nécessitant une présence soutenue. Au titre de ce congé, le salarié bénéficie jusqu’à 310 jours ouvrés qu’il peut fractionner (en prenant…

Cet article est réservé aux abonnés.

Garanties prévoyance : obligation d’information des salariés

Au sein de chaque entreprise des assurances de groupe sont souscrites, notamment concernant la prévoyance, en cas d’incapacité, d’invalidité ou de décès. Chaque salarié est concerné par ce contrat. En effet, il en est le bénéficiaire direct. L’article L141-4 du code des assurances vient poser la règle selon laquelle l’employeur est tenu de remettre à ses salariés adhérents à la complémentaire, la notice d’information qui définit l’ensemble des garanties auxquelles il bénéficie. La remise de cette notice est une obligation légale. Si elle n’est pas respectée le salarié peut soulever un manquement de l’employeur. Un arrêt récent a condamné un employeur à verser des dommages et intérêts à un salarié au motif qu’il ne lui avait pas remis la notice d’information et, par conséquent, il n’avait pas pu obtenir de revalorisation de sa rente pour invalidité. Il ressort d’un arrêt du 9 décembre 1997 de la Cour de cassation que c’est à l’employeur de prouver qu’il a remis la notice au salarié. La preuve de cette remise est libre, ainsi la seule signature d’un document faisant état de cette remise est valable et libère l’employeur de son obligation d’information. La notice d’information de l’accord prévoyance viticulture de Champagne est disponible sur le site du SGV, rubrique « employeurs ».

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole