L’usage du français dans les relations de travail

Temps de lecture : 4 minutes

Auteur :

Dans un contexte où le recours à la main-d’œuvre se fait tant localement que nationalement, voire au-delà des frontières de l’Hexagone, qu’en est-il du principe selon lequel l’usage du français est obligatoire comme langue régissant les relations de travail[1] ? De la rédaction de l’offre d’emploi à la rupture du contrat ce principe prévaut mais doit…

Cet article est réservé aux abonnés.

Détachement temporaire

En cas de détachement temporaire par une entreprise non établie en France et dans le cadre du contrôle mené à l’occasion du détachement de salariés par une entreprise non établie en France, certaines formalités sont à accomplir au moyen de documents rédigés ou traduits en français. Ainsi, les documents devant être présentés sans délai à la demande de l’inspection du travail du lieu où est effectuée la prestation (attestation de situation sociale, autorisation de travail, attestation d’un examen médical, bulletins de paie, etc…) doivent être traduits en langue française. Idem pour la déclaration de détachement qui doit être obligatoirement transmise à l’inspecteur du travail. La personne qui contracte avec un cocontractant intervenant en France, mais établi ou domicilié à l’étranger doit se faire remettre par ce dernier, lors de la conclusion du contrat et tous les 6 mois jusqu’à la fin de son exécution, plusieurs documents énumérés à l’article D. 8222-7 du code du travail (document mentionnant le numéro individuel d’identification, attestant de la régularité de la situation sociale…). Ces documents doivent être rédigés en français ou accompagnés d’une traduction en français.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Mise en service généralisée du nouveau service TESA Simplifié

L’extinction du Tesa Simplifié était initialement prévue en 2017, suite à la généralisation de la déclaration sociale nominative (DSN). Toutefois, la profession viticole et la MSA n’ont jamais cessé de militer pour le maintien de cette offre reconnue et appréciée par les utilisateurs.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole