Promenade aromatique au Clos Saint-Vincent

16/07/21

Temps de lecture : 2 minutes

Auteur :

Le Mesnil-sur-Oger accroît son offre (œno)touristique avec le Clos Saint-Vincent, un jardin des senteurs à visiter en accès libre. Cette création, portée notamment par la confrérie Saint-Vincent des Chevaliers de l’Arc, rend hommage à la main du vigneron et à son savoir-faire. Le site est calme, apaisant, avec une prodigieuse vue sur le réputé Clos…

Cet article est réservé aux abonnés.
Membre du circuit des « Jardins de vignes » Ce nouveau Clos Saint-Vincent, inauguré le 24 juin et parrainé par Daniel Rondeau, natif du Mesnil-sur-Oger, est accessible sur l’application IDVizit (via le QR code présent sur les panneaux explicatifs). Les visiteurs accèdent facilement à la localisation du site par GPS et profitent de podcasts, vidéos et autres informations. Cette nouvelle réalisation complète les espaces muséographiques de plein air initiés par la Communauté d’Agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne, intitulés « Jardins de vignes », et dédiés aux paysages viticoles. L’adresse du Mesnil honore le travail des femmes et hommes du terroir autant qu’elle éveille les sens. Les autres sites et expériences méritent une halte : Chouilly (qui aborde la conduite de la vigne et les cépages), Cramant (le vignoble au fil des saisons et les cabanes de vignes), Cumières (les travaux de la vigne et du vin) et Épernay (le belvédère Pierre Cheval, sa vue à 360° et son panorama sur les coteaux historiques inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco).

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Vitry-en-Perthois, par monts et par vins

Sublimée par les coteaux, pâtures et bocages qui font la beauté naturelle des Paysages de la Champagne, la commune de Vitry-en-Perthois, terre de Chardonnay, se raconte à travers ses vins, ses monts et son patrimoine historique.

Du mythe à la réalité : qui a inventé le champagne ?

À quoi bon poser cette question, la réponse n’est-elle pas connue d’avance ? Pourtant les historiens spécialistes de la vigne et du vin sont divisés sur le sujet. La démarche initiée par Jean-Luc Barbier, ancien directeur du Comité Champagne et chargé d’enseignement à l’Université de Reims, permet de prendre de la hauteur sur cette interrogation en assemblant les éléments du puzzle, afin d’aboutir à une explication qui apparaît alors d’évidence.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole