Champagne, Chianti Classico et Jerez, le goût de l’origine

Temps de lecture : < 1 minute

Auteur :

Italie, France, Espagne… Ces trois pays occupent le trio de tête en Europe en termes d’appellations d’origines protégées viticoles (respectivement 400, 369 et 100 AOP).
D’où l’idée d’une table ronde co-organisée par la Ville de Reims et l’association Reims Rayonnement International le 7 mai à l’Hôtel de Ville. L’occasion de revenir sur la protection et la promotion des appellations Champagne, Chianti Classico et Jerez. Étaient présents Vincent Perrin pour le Comité Champagne, Jean-Luc Barbier pour la mission Unesco, Tessa Caponi pour le Chianti Classico et Cesar Saldana pour les vins de Jerez.
Plusieurs sous thèmes ont été abordés. Ils ont permis de croiser les regards des intervenants européens sur la définition d’une appellation d’origine, la nécessité de les protéger, sur les menaces et les enjeux à l’ère du numérique, notamment…
Tous ont souligné que l’œnotourisme était au cœur d’une stratégie de mise en valeur d’un terroir et « d’expériences » comme aime à le rappeler César Saldana, qui pilote également les actions de la route des vins et Brandy del Marco de Jerez. L’appellation d’origine protégée (qui est le terme européen) apparait comme un vecteur d’identité que chacun a à cœur de préserver. A noter qu’un dossier a été déposé par la Fondation pour la protection de l’appellation Chianti Classico pour inscrire les paysages sur la liste du Patrimoine Mondial par l’Unesco. Une reconnaissance obtenue par la Champagne le 4 juillet 2015.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole