Des panneaux de protection et des visières signés Chayoux

Temps de lecture : 4 minutes

Auteur :

Etablissements recevant du public, le SGV et l’AG2C ont initié les aménagements nécessaires pour assurer la sécurité des visiteurs et des personnels en vue de la reprise des activités sur leurs sites. L’expertise de l’entreprise Chayoux a permis de conduire à bien cette opération dans les meilleurs délais et avec efficacité. Les adhérents et élus…

Cet article est réservé aux abonnés.

Des masques made in Champagne par Chanteclair

© DR

Afin de doter les personnels du Syndicat en masques grand public réutilisables dès la reprise des activités sur sites (Epernay et antennes de Bar-sur-Seine et Château-Thierry), la direction a passé une première commande auprès de la CSGV, établissement qui s’est montré très réactif pour fournir des pièces avant le 11 mai, puis une seconde commande, plus importante, de masques auprès d’une PME textile basée en Champagne, la Bonneterie Chanteclair (A Saint-Pouange, près de Troyes). Il s’agit de masques classés en catégorie 1 (accueil du public) par la Direction générale de l’armement (avec plus de 90 % de filtration). Pour ses services, l’Elysée s’est approvisionné en masques alternatifs auprès du même fournisseur, et le Président Emmanuel Macron portait ces efficaces éléments de protection individuelle made in Champagne lors de ses visites sur le terrain dès le début du mois de mai. Pour limiter les risques de transmission du virus, le service RH (ressources humaines) du SGV met ces masques à disposition des salariés, en  accompagnant la distribution d’une notice informative sur les règles d’hygiène à observer (ne pas toucher le masque, hygiène des mains avant et après le retrait...). Pour l’accueil de visiteurs non munis de protection à leur entrée dans les locaux, le Syndicat dispose de 2000  masques  jetables (type FFP1) délivrés aux standards de l’AG2C/SGV.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole