Développer ses ventes chez les cavistes

Temps de lecture : 4 minutes

Auteur :

La France compte plus de 5 800 cavistes qui représentent de 10 à 15 % des opportunités commerciales. Avec la crise sanitaire qui a accéléré la transition des modes de consommation, les professionnels de proximité sont plus que jamais au cœur des achats. Mais qui sont ces acteurs ? Comment se faire référencer ? Et est-il pertinent de se…

Cet article est réservé aux abonnés.
Comment construire une politique tarifaire adaptée aux professionnels ? Pour construire une politique tarifaire qui soit à la fois cohérente, pertinente et évolutive, vous devez prêter attention à plusieurs points clés : - Identifiez vos coûts de revient afin de définir un prix de revente qui vous permettra de générer une marge suffisante. - Définissez votre positionnement : « Quelle image je veux, pour quel prix de revente auprès des consommateurs (en TTC) ? ». Il est essentiel d’identifier vos différents produits et leur positionnement afin de leur affecter un prix qui correspond à leur image et qui valorise leur distinction. En règle générale, on observe qu’un écart de 1 € n’est pas suffisant pour marquer une différence, celle-ci se ressent davantage entre 2 € et 4 €. - Identifiez les typologies de clients/partenaires avec lesquels vous travaillez ou souhaitez travailler (pro/particuliers et si pro : CHR/caviste/etc.) afin de vous orienter dans le calcul et l’affirmation de vos prix. Cela vous permettra de proposer un prix similaire (avec un seuil d’acceptabilité d’environ 15 % de variation) au consommateur, tout en incluant les coûts et marges de chacun. - Construisez vos différentes grilles tarifaires par typologie de clients/partenaires en incluant le coefficient de chacun d’entre eux. Dans l’idéal, chaque situation d’achat doit avoir une grille tarifaire spécifique car chaque acteur dispose de besoins spécifiques. Un restaurateur ne va pas travailler la revente de vos produits de la même façon qu’un caviste, ni qu’une entreprise qui achète pour sa consommation interne et ses événements. La notion de coefficient Lorsque vous avez affaire à des professionnels, on vous parle souvent de coefficient et de marge, mais à quoi cela correspond ? C’est un calcul permettant de passer d’un coût de revient ou d’achat HT à un prix de revente TTC. Un caviste qui achèterait une bouteille de champagne auprès du producteur à un prix de 15 € HT et la revendra à 27 €TTC appliquera un coefficient multiplicateur de 1,8. Lors de vos calculs, vous devrez anticiper un coefficient de revente adapté à vos différents réseaux de distribution. Partez du principe que plus vous pouvez concéder de marge, plus votre partenaire sera motivé pour travailler vos produits. Chez les cavistes, on constate en moyen-ne un coefficient de 1,8 sur le prix de revente HT pour définir leur prix de vente TTC, de 1,6 à 2 chez les grossistes et de 3 à 5 chez les restaurateurs. Attention, vous ne pouvez imposer un prix de revente à vos partenaires, mais vous pouvez communiquer votre prix au caveau pour les orienter dans la marge qu’ils pourraient appliquer. Vous ne pouvez toutefois imposer un prix de revente à vos partenaires, votre prix au caveau peut simplement les orienter dans la marge qu'ils pourraient appliquer.  Enfin, sachez que certains cavistes peuvent également avoir une approche tarifaire différente de celle du calcul de coefficient. Il est donc essentiel de bien 

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Déposer sa marque… Pour quoi faire ?

« La marque constitue un passeport de commercialisation et un actif de valeur », affirme le cabinet de conseil juridique MIIP. Le SGV tenait une formation sur ce sujet, fin janvier à Épernay, pour en convaincre les vignerons.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole