Développer son champ de compétences

Charles Bénard est un jeune vigneron de 26 ans récemment installé dans la commune d’Aÿ-Champagne. Après des études d’ingénieur agronome et d’œnologue puis une année à se former à l’étranger, il débute son installation en 2022 tout en continuant à travailler dans le domaine familial de Mareuil-sur-Aÿ.

Temps de lecture : 2 minutes

Auteur : Elise Le Henaff, SGV

Comment avez-vous eu connaissance du dispositif d’aide et qu’est-ce que cela vous a apporté ? J’ai discuté de ce dispositif avec les conseillers en installation du centre comptable qui gère le domaine familial. J’avais besoin de comprendre les bonnes décisions à prendre lors d’une installation, d’une reprise ou d’une création d’une société juridique et des transferts…

Cet article est réservé aux abonnés.

Pour accompagner les plus jeunes

Depuis trois ans, le Syndicat Général des Vignerons propose aux établissements viticoles un échange sur la thématique de l’installation aidée. Pour l’édition 2022-2023, une cinquantaine d’élèves du CFPPA et du CFA d’Avize ont assisté le 28 novembre à la présentation du Point accueil installation par Caroline Ledeuil en compagnie de Mickaël Py de la Chambre d’agriculture de la Marne et d’Antonin Aubry pour le Groupe des Jeunes Vignerons.

Des réunions d’échanges qui permettent aux élèves se destinant à une reprise d’exploitation de découvrir le PAI et ses missions, mais également d’appréhender l’ensemble du parcours : Plan personnel de professionnalisation (PPP) et Plan d’entreprise (PE).

Malheureusement, trop peu de jeunes s’inscrivent dans un dispositif d’installation aidé, d’où la mobilisation du SGV pour faire connaître la démarche et donner accès aux bons interlocuteurs.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Débloquer pour mieux arracher contre le dépérissement du vignoble

La lutte contre le dépérissement du vignoble passe immanquablement par la case arrachage. Que ce soit pour endiguer la propagation d’une maladie du bois ou pour rajeunir ses plants, les récoltants qui arrachent des parcelles de vignes en appellation d’origine contrôlée Champagne en vue de leur replantation, peuvent bénéficier depuis 2017 d’une sortie de la réserve.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole