Irène Tolleret : « Il faut européaniser les textes français »

Irène Tolleret est vigneronne dans le Languedoc et députée européenne Renew depuis 2019. En tant que coprésidente de l’intergroupe Vins, Spiritueux et Produits alimentaires de qualité du Parlement européen, elle revient pour La Champagne Viticole sur le rejet du texte sur la réduction des produits phytopharmaceutiques.

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur : Alain Julien

Irène Tolleret est vigneronne dans le Languedoc et députée européenne Renew depuis 2019. En tant que coprésidente de l’intergroupe Vins, Spiritueux et Produits alimentaires de qualité du Parlement européen, elle revient pour La Champagne Viticole sur le rejet du texte sur la réduction des produits phytopharmaceutiques.

Cet article est réservé aux abonnés.

La position du SGV – Aucun compromis entre les ministres de l’agriculture

Suite au rejet du projet de la Commission par le Parlement européen le 22 novembre, la présidence espagnole a tenté de relancer les discussions au niveau du Conseil des ministres en mettant une proposition de compromis sur la table. Cette proposition reposait notamment sur une nouvelle définition des zones sensibles et des produits utilisables dans chacune d’entre elles.

Les ministres de l’Agriculture de l’UE se sont montrés divisés sur la manière de poursuivre les négociations. Au final et faute de soutien pour son compromis, la Présidence espagnole a dû se contenter de présenter un rapport sur l’état des travaux lors de la dernière réunion du Conseil des ministres de l’Agriculture de l’année qui s’est tenue le 11 décembre.

Le dossier a été transmis à la présidence belge du Conseil de l’Union européenne, qui devra déterminer comment aborder les prochaines étapes de la négociation au sein du Conseil. Il est peu probable qu’une position commune soit rapidement trouvée compte tenu de la complexité du dossier.

Compte tenu de ces éléments et du rejet de la proposition par le Parlement européen, le dossier ne sera pas clos au cours de cette législature.

 

Pascal Bobillier-Monnot, directeur adjoint aux affaires politiques du SGV

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole