La Délégation des Employeurs au cœur des enjeux champenois

Les deux années écoulées ont été riches en activités pour les employeurs de main-d’œuvre viticole : la Délégation qui les représente et défend leurs intérêts a été mobilisée sur tous les fronts, multipliant les échanges aussi bien avec les services de l’État, les organismes qu’avec les partenaires de la filière champagne.

Temps de lecture : 2 minutes

Auteur : Guillaume Perrin

Les deux années écoulées ont été riches en activités pour les employeurs de main-d’œuvre viticole : la Délégation qui les représente et défend leurs intérêts a été mobilisée sur tous les fronts, multipliant les échanges aussi bien avec les services de l’État, les organismes qu’avec les partenaires de la filière champagne.

Cet article est réservé aux abonnés.

Emplois et compétences : portrait-robot d’une Champagne au-dessus de la moyenne

Séverine Courtois, chargée d’animation et de formation au service employeurs du SGV, a dévoilé les résultats de l’enquête GPEC, mise en place par la FNSEA à l’échelle nationale auprès des différentes filières agricoles. Son but est de « mieux cerner les contours de l’emploi, de disposer de données plus précises et d’anticiper les besoins des employeurs. »

En ce qui concerne la Champagne, les données ont été recueillies en 2021 auprès de 289 exploitants de la Marne et de l’Aube, avec une synthèse établie en région Grand Est.

L’exploitation viticole champenoise moyenne recrute ainsi 18 CDD, dont 17 saisonniers, pour des contrats de 3 semaines. Évidemment, vendanges, travaux d’entretien et taille représentent la majorité des travaux confiés aux saisonniers.

Les canaux de recrutement restent traditionnels : les habitudes et le bouche-à-oreille ont encore de beaux jours devant eux. Mais le SGV note une percée des réseaux sociaux, Facebook en tête, devant le recours aux agences d’intérim et France Travail (ex-Pôle Emploi).

Les difficultés de recrutement exprimées par les vignerons ne surprendront pas les connaisseurs du sujet : la pénurie de main-d’œuvre, puis les abandons de poste et les problèmes de mobilité sont les trois préoccupations majeures.

Cependant, les salariés champenois sont plus fidèles que dans le reste de la France : ils sont 60 % à revenir chaque année dans « leur » exploitation, contre 51 % à l’échelle nationale. Dans le Grand Est, la fidélisation passe par l’ambiance de travail, les avantages financiers, et une rémunération attrayante.

Enfin, la filière viticole n’est pas celle qui transforme le plus facilement les CDD en CDI : néanmoins, la Champagne affiche un visage honorable avec un taux de conversion de 24 %, contre 19 % en France et 20 % dans le Grand Est.

Renouvellement du conseil d’administration

Suite aux élections, le conseil d’administration de la Délégation des Employeurs a été renouvelé pour moitié. Les administrateurs élus sont : Françoise Siret (Côte des Blancs) ; Corinne Selosse (Côtes d’Épernay) ; Laurent Roger (Grande Vallée de la Marne) ; Christine Carré Boban et Sylvie Cugnart (Grande Montagne de Reims) ; Brigitte Pinard (Congy-Sézanne-Vitry) ; Valérie Liébart (Vallée de la Marne) ; Olivier Robbe (Secteur ouest et massif Saint Thierry) ; Sandrine Charpentier (Vallée de la Marne Ouest – Seine-et-Marne) ; Agnès Moutard et Sabine Jobert Billette (Côte des Bar – Haute-Marne).

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Vrigny ouvre le ban des Assemblées régionales d’été

Moment fort d’échanges entre les administrateurs du SGV et les adhérents des différents secteurs de l’Appellation, les Assemblées régionales d’été du SGV ont débuté le 1er juillet avec un programme riche : situation financière des exploitations, décision vendange, flavescence dorée ou encore les 10 ans de l‘inscription à l’Unesco.

La Champagne au rendez-vous de ses engagements

Le 19 juillet, nous serons au bureau exécutif du Comité Champagne pour décider avec nos partenaires du négoce du rendement commercialisable de la prochaine vendange. C’est une décision que nous attendons tous, car elle va peser sur l’économie de nos domaines.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole