Le décret relatif aux dérogations des conditions d’hébergement des travailleurs saisonniers

Temps de lecture : 2 minutes

Auteur :
Manuel Valls. © licence CC BY-SA 3.0

Manuel Valls. © licence CC BY-SA 3.0

Le 20 septembre, le Premier ministre Manuel Valls a signé le décret n°2016-1239 relatif aux dérogations en matière d’hébergement des travailleurs saisonniers agricoles, entré en vigueur le lendemain, 21 septembre. On pourra regretter que le décret ait été signé trop tard pour concerner la vendange 2016 et qu’il ne s’agit pas de mettre en place un dispositif pérenne, mais il convient de constater que le travail de sensibilisation des pouvoirs publics a fini par porter ses fruits.
Le décret permet aux directeurs régionaux des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) de déroger, sous conditions, aux règles d’hébergement des travailleurs saisonniers agricoles, recrutés pour une durée maximale de trente jours sur une période de douze mois consécutifs, à la demande d’une organisation professionnelle d’employeurs représentative. Des mesures compensatoires issues de la négociation collective devront être prévues préalablement et déclinées dans les entreprises concernées pour garantir la protection de la santé des travailleurs.
Concrètement, le décret a inséré un article R.716-16-1 à la suite du R.716-16 dans le Code rural. Reste désormais aux employeurs et aux partenaires sociaux à trouver un terrain d’entente satisfaisant pour toutes les parties afin de bénéficier, pour la vendange 2017, de dérogations.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole