Le SGV dans une dynamique de reconquête

Temps de lecture : 4 minutes

Auteur :

Accompagner les vignerons dans la sortie de crise sanitaire, assurer un avenir et un équilibre collectif pour la filière Champagne ou encore accélérer la transition environnementale du vignoble : le SGV a défini son cap et ses ambitions pour les années à venir lors de son assemblée générale réalisée en version numérique.   La Covid n’aura…

Cet article est réservé aux abonnés.

À la tribune

    Damien Champy, secrétaire général du SGV : « L’année 2020 a montré la force d’adaptation des vignerons, qui n’ont pas baissé les bras malgré la crise sanitaire, et qui ont continué à vendre et à travailler dans le respect de l’environnement. Cette crise a aussi montré l’adaptabilité du SGV, qui a su maintenir son activité et innover pour sortir la tête haute de la décision vendange 2020. Elle a aussi montré la force de notre organisation plus que centenaire. La structuration de la filière nous a permis de limiter la casse ! » Alexandre Chaillon, président du Groupe des Jeunes Vignerons : « En 2020, l’Europe devait statuer sur le maintien ou la suppression des autorisations de plantation, à l’occasion de la refonte de la PAC. Et l’ODG devait également donner son avis sur la révision de l’aire d’appellation Champagne. Dans ce contexte, on aurait pu être amenés à une augmentation très significative des surfaces plantées en Champagne. Les rendements historiquement bas connus l’an dernier auraient pu être mécaniquement reconduits pendant de très longues années… Comment aurions-nous pu maintenir la vie de nos exploitations sur notre territoire ? Comment maintenir la manipulation au sein du vignoble avec des rendements de 7 500 à 8 000 kg/ha tous les ans ? En 2020, les décisions vendanges ont été très difficiles : comment aurions-nous pu maintenir l’unité de la Champagne dans un tel contexte ? Le GDJ a souhaité se mobiliser sur les autorisations de plantation : pendant le Salon de l’agriculture, un groupe a accompagné notre président de l’époque, Charles-Henri Dupont, pour remettre un dossier au commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski. » Christophe Pernet, président de la délégation des employeurs : « Le SGV a demandé au Gouvernement des aménagements et des réductions de charges patronales en fonction de la perte de chiffre d’affaires. Pour les exploitations ayant perdu 60 % de leur chiffre d’affaires, la réduction des charges patronales est de 100 %, tandis que l’allègement est de 50 % si la perte est inférieure à 60 %. » Dominique Babé, trésorier du SGV : « La crise Covid affectera les ressources du SGV en 2021, sans remettre en cause la continuité de notre activité syndicale ».   GP

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole