Les enjeux pour la viticulture

Temps de lecture : 8 minutes

Auteur :

L’actualité politique de cette fin d’année est désormais rythmée par les élections européennes. Dimanche 26 mai 2019, les citoyens éliront les députés du Parlement européen. Largement boudé par les électeurs (59 % d’abstention en 2014), ce scrutin revêt pourtant une importance capitale. L’Union européenne est l’entité qui décide sur de nombreux sujets, et particulièrement celui…

Cet article est réservé aux abonnés.

Prochaine réforme de la PAC : le SGV reste mobilisé

Les discussions sur la prochaine réforme de la PAC se poursuivent. Mais il n’y aura vraisemblablement pas de vote du Parlement européen avant les prochaines élections et donc pas de nouvelle PAC avant 2020. Cependant, la Commission européenne a formulé plusieurs propositions pour la réforme de la PAC et de l’OCM vitivinicole : promotion des produits dans les pays tiers, attractivité de l’assurance récolte, création des « vins » désalcoolisés, suppression de l’élément humain dans la notion de terroir, gestion du potentiel de production... À ce titre, les représentants de la profession viticole et certains eurodéputés s’accordent a minima pour repousser la date de fin du régime des autorisations de plantation de 2030 à 2050, voire même de supprimer l’existence même d’une date de fin du système pour le maintenir sine die. Le SGV est déjà très fortement mobilisé sur la prochaine réforme de la PAC (cf. audition de Maxime Toubart à l’Assemblée nationale, notre édition de janvier) et demande le maintien de la régulation des plantations au-delà de 2030. La maîtrise des plantations au-delà de 2030 est l’une des clés de l’issue du chantier en cours de délimitation de l’AOC Champagne. L’élection européenne est fondamentale pour la France mais particulièrement pour l’agriculture et la viticulture. Les prérogatives de l’Union européenne se développent considérablement (politique étrangère) et supplantent déjà les États membres notamment dans le domaine de l’agriculture. Le résultat des élections européennes vous concerne en tant que citoyens et en tant que viticulteurs. Retenez la date du dimanche 26 mai pour aller glisser votre bulletin dans l’urne.

La puissante fonction de président

La fonction a gagné en importance depuis sa création. L’actuel président de la Commission européenne est le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, tête de liste du PPE aux élections de 2014. La présidence de la Commission est la fonction la plus puissante de l’Union européenne. Nous l’avons vu récemment sur un sujet qui concerne particulièrement l’agriculture et Cognac, le président de la Commission européenne a un pouvoir de représentation de l’Union européenne à l’étranger. Jean-Claude Juncker a directement rencontré aux États-Unis le président Trump au sujet des tarifs douaniers. Les deux présidents se sont engagés à cesser les hostilités lancées par la taxation de l’aluminium et de l’acier européen. En représailles, l’Union européenne avait décidé d’augmenter les droits de douane sur des produits fabriqués dans des États soutenant le président Trump, dont le bourbon du Kentucky. L’élection du prochain président de la Commission aura donc une importance considérable autant sur le plan de la politique intérieure que des relations extérieures.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Agricultrice, viticultrice : les clés d’une installation réussie

L’installation sur une exploitation agricole ou viticole ne s’improvise pas. De nombreux facteurs personnels et professionnels sont à prendre en compte : le portage du foncier, la gestion de l’exploitation dans toutes ses dimensions (économique, technique, humaine…) ou encore le temps à se consacrer à soi-même et à son entourage.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole