Marc Brugnon, une vie au service de la Champagne

Toute la Champagne a appris avec émotion le décès de Marc Brugnon le 5 août 2023 à l’âge de 89 ans. Président du Syndicat Général des Vignerons de 1978 à 1994, il laisse le souvenir d’un homme visionnaire, passionnément engagé pour l’avenir du vignoble champenois avec le souci constant de la qualité. Au nom du SGV, « La Champagne Viticole » adresse ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Temps de lecture : 6 minutes

Auteur : La Rédaction

« Je me souviens d’un homme bienveillant. Nous nous étions rencontrés à plusieurs reprises, notamment au début de mon mandat, et il avait toujours un avis éclairé sur le devenir de la Champagne à laquelle il a consacré toute sa vie », témoigne Maxime Toubart, le président du Syndicat Général des Vignerons.

Au Syndicat comme au CIVC, il était un président particulièrement investi et visionnaire. Au cours de son long mandat, il a su prendre des décisions courageuses pour relever les défis politiques, environnementaux et commerciaux avec toujours la volonté de porter haut les valeurs du vignoble. Incontestablement il a marqué l’histoire de notre appellation », poursuit-il.

Marc Brugnon est un enfant d’Écueil où sa famille travaille la vigne depuis la fin du XIXe siècle. Lors de ses obsèques célébrées le 10 août dans l’intimité familiale, ses proches ont pu entendre ces quelques mots qu’il avait préparé à leur intention :

« Moi, Marc, je suis un enfant des J.A.C. Ce sont les Jeunesses agricoles chrétiennes qui ont motivé mes engagements : pour le village, avec ses aménagements et ses remembrements, pour le football, afin de rassembler les enfants, et aussi, pour la coopérative et le Syndicat Général des Vignerons. Mon idéal : construire et partager un monde meilleur  Moi, Marc, je suis né le 29 septembre 1933, le premier jour des vendanges. Avec mes sœurs nous avons traversé la guerre. Puis, j’ai obtenu mon certificat d’études. À 14 ans, j’ai rejoint mon père Maurice aux vignes. De ce fondateur de la coopérative vinicole d’Écueil, je tiens mon courage, ma rigueur, l’amour du travail bien fait, savoir compter et être juste. »

C’est en 1957, à l’âge de 24 ans, que Marc Brugnon reprend l’exploitation familiale avec l’ambition d’agrandir son vignoble qui passera de 1,4 à 4 hectares en 1960. Très vite vient le temps de l’engagement pour la coopération en premier lieu, dans sa commune, puis pour l’ensemble de l’Appellation.

Tout au long de sa vie, il exercera de nombreux mandats au service de la filière : secrétaire puis président de la coopérative d’Écueil de 1962 à 1992, il recrée le Groupe des Jeunes Vignerons qu’il préside de 1966 à 1969, puis devient président du SGV et coprésident du CIVC en 1978 jusqu’en 1994, vice-président de l’Inao de 1980 à 1996, ou encore président de la Caisse Locale du Crédit Agricole.
La Champagne reconnaissante l’avait élevé au rang de Commandeur de l’Ordre des Coteaux.

Montagnard et skieur aguerri, Marc Brugnon aimait parcourir les cols autour de Briançon pour se ressourcer, en emmenant parfois des membres du bureau du SGV dans des ascensions assez engagées. Ses vacances le portaient également vers les cols népalais ou au sommet du Kilimandjaro.

Ses 16 années passées à la tête du SGV et du CIVC ont été marquées par des avancées majeures pour la qualité du vignoble et du vin. Pendant cette période, avec son conseil d’administration, il a orchestré la plantation de 10 000 hectares et défendu l’idée du partage de la valeur ajoutée.

Au sein de l’interprofession, Marc Brugnon a initié la réforme du cahier des charges du rendement au pressurage en passant à 160 kilos de raisins par hectolitre au lieu de 150 kilos afin d’éliminer la deuxième taille.

À l’issue de la vendange 1986, il crée une charte de qualité qui opère un bond qualitatif dans tous les domaines. Il y est question de l’analyse des sols, de l’utilisation privilégiée des clones, de la taille ou encore d’une nécessaire souplesse pour les dates de vendanges.

Sous son impulsion, l’AOC établit un agrément qualitatif des centres de pressurage, réglemente la mise en bouteille après le 1er janvier suivant l’année de récolte et allonge la date de vieillissement à 15 mois pour les BSA et 3 ans pour les millésimes, développe la recherche en dotant l’AVC de moyens humains et techniques.

Il a par ailleurs accompagné et soutenu les viticultrices dans la création de leur Commission.

Selon ses proches, cet homme de consensus ne rechignait jamais à monter au créneau pour défendre ses convictions, comme dans certaines manifestations de viticulteurs contre une fiscalité mal adaptée ou dans l’Aube pour défendre les limites de l’AOC. En 1993, il prend même la tête d’un groupe d’une trentaine de ses collègues pour perturber, dans un grand hôtel parisien, le lancement du parfum Champagne de la maison Yves Saint-Laurent, par la suite condamnée pour détournement de notoriété à la demande du CIVC.

« Marc était un président éclairé, curieux, ouvert et parfaitement légitime. Son expérience de vigneron et aussi de montagnard lui conférait beaucoup de force, mais aussi une certaine modestie face à la nature, témoigne à son tour Laurent Panigai, le directeur général du SGV qui débutait à l’époque au service technique du CIVC. Il a fait grandir le projet politique de la Champagne en se tenant au plus proche des réalités de terrain. Il a porté les ambitions de l’AOC en s’appuyant sur les forces vives de la technique. »

Même souvenir pour Dominique Moncomble qui dirigeait le service technique du CIVC : « C’est une époque bénie pour nous, car Marc s’intéressait beaucoup à la technique et nous a donné des moyens. Cela paraît comme une évidence aujourd’hui, mais la charte de qualité ne s’est pas imposée aussi facilement et il a dû affronter quelques réunions houleuses. Il était déterminé et solide comme un roc. »

« L’appellation Champagne est la propriété collective de tous les Champenois. Du maintien strict des règles de l’AOC dépend la qualité de notre production, sa renommée et son prestige. »
Marc Brugnon

Rolland Chaillon a dirigé le Syndicat de 1979 à 2004 en formant un duo très soudé avec le président Brugnon : « Il a mené une présidence très linéaire et solide, à l’image de son caractère. Il n’aimait pas le conflit, c’était plutôt l’homme du consensus et de la gestion négociée. Dès le début de son mandat, il a exprimé un souci constant d’augmentation de la qualité du vignoble et aussi des services que l’on devait aux adhérents. Ainsi, il a développé les compétences du SGV dans les domaines réglementaires, mais aussi politiques pour mieux défendre et accompagner les exploitations viticoles. »

Un homme respecté et apprécié par l’ensemble du vignoble avec beaucoup de pragmatisme, selon Yves Jolly, vice-président de l’Aube à cette époque : « Marc a réussi à imposer au négoce la suppression de quelques hectolitres pour augmenter la qualité. Cela paraît facile ainsi, mais la bataille a été assez dure », se souvient-il.

Philippe Feneuil et Jean-Mary Tarlant, tous deux anciens présidents du SGV à la suite de Marc Brugnon, étaient jeunes membres du bureau à ses côtés. « Avec son charisme et sa sensibilité collective, il nous a formés à être administrateurs et préparés à assurer la relève », explique Jean-Mary Tarlant en soulignant sa reconnaissance.

Pour Philippe Feneuil, les souvenirs sont multiples et forts : une course en montagne en cordée dans la neige où il fallut se dépasser ; la confrontation un peu musclée avec Pierre Bergé à Paris pour l’affaire du parfum Champagne où il a saisi quelques pièces à conviction, ou encore des négociations serrées avec l’UMC. « Que de bons moments avec lui ! C’était un homme exigeant qui savait diriger son équipe et porter les bonnes idées pour faire progresser la Champagne. Je peux dire que c’était devenu mon ami et que je l’ai toujours respecté. »

Lors des obsèques, son fils Alain lui a adressé ce dernier message : « Ton travail, ton empreinte resteront à jamais gravés dans notre belle appellation. Il n’est champagne que de la Champagne ! Tu nous as transmis ton savoir-faire, et je suis fier d’être vigneron. Marc, même si ta route s’arrête ici, sache que tel un guide de haute montagne, tu nous as ouvert la voie à tous. »

NDLR : La famille Brugnon tient, à travers cet article, à remercier toutes les personnes qui ont témoigné de leur affection et de leur reconnaissance à Marc Brugnon.

En mémoire de Marc Brugnon

L’amicale des anciens de l’Inao a sollicité La Champagne Viticole pour publier dans ses colonnes ce texte à la mémoire de Marc Brugnon, qui a œuvré toute sa vie pour la qualité de l’AOC Champagne. 

« Notre ami et compagnon de tous les combats exigeants pour les AOC nous a quittés le 5 août. Mais son œuvre, son amitié et son humour sont toujours là, bien vivants. Vice-président du Comité national de l’Inao de 1984 à 1998, il a été un acteur majeur lors de cette période faste en anticipant les évolutions nécessaires pour la prospérité de la Champagne.

Puis comme fondateur et président de l’Amicale des anciens de l’Inao, il a montré que ses convictions ne s’arrêtaient pas aux limites de ses mandats. 

Marc Brugnon est né le 29 septembre 1933 à Écueil d’une famille vigneronne. Interrompant ses études à 16 ans pour aider ses parents usés avant l’âge, il se forme au sein de la Jeunesse agricole catholique (JAC) où il apprend l’essentiel de l’économie, du droit administratif et civique. La JAC est alors à son apogée avec comme idéal l’épanouissement des agriculteurs pour un monde solidaire. 

Après 30 mois de service militaire, il s’installe en 1957 sur l’exploitation familiale et poursuit sa formation au niveau national en se liant d’amitié avec d’autres jeunes qu’il retrouvera à l’Inao, tels Paul Avril (*) ou Jean Claude Bousquet (**). 

Dans les années 1960-1970, son engagement se concrétise : il est le fondateur du Groupe des Jeunes Vignerons, président de la coopérative d’Écueil, initiateur d’un des premiers remembrements viticoles en Champagne. Remarqué par Henri Geoffroy, président depuis 1960 du Syndicat Général des Vignerons, il prend sa suite en 1978.

Dès le début de ses seize années de mandat, Marc Brugnon propose à l’interprofession quatre dispositions majeures validées à l’Inao : le contrôle qualité des vins de base, une réglementation plus exigeante au pressurage, un allongement de la durée minimum d’élevage sur lies et le respect des sols en y prohibant l’épandage de boues urbaines.

Avec lui, c’est rapidité d’esprit, adaptabilité et fermeté. En 1994, il cède la présidence pour laisser la place à plus jeune. Mais il continue ses missions à l’Inao jusqu’à la fin de son mandat en 1998. 

Nommé en 1981 président du comité régional de l’Inao pour la Champagne, il devient membre de la commission permanente du Comité national. Le président Jean Pinchon le choisit comme son vice­-président en 1984. Chargé de toutes les missions délicates ou conflictuelles : il saura écouter, être écouté et proposera des solutions « réalistes » à défaut d’être réalisables de suite.
En 1998, il se retire de toutes ses responsabilités professionnelles. 

Marc Brugnon allait partout sur le terrain pour redonner confiance aux agents de l’Inao et obtint pour eux un statut et de nouveaux moyens. Il sema la bonne parole pour la construction collective de la qualité, en incluant aussi le négoce. Il a soulevé de vrais problèmes et esquissé de bonnes solutions, laissant les demandeurs construire eux-mêmes de nouvelles démarches de qualité liée au terroir. Il ne fut pas toujours compris de suite, mais les bonnes idées finissent toujours par s’imposer. La réforme de 2006 instaurant la création des Organismes de défense et de gestion généralisait en quelque sorte cette idée essentielle reprenant le modèle exigeant, mais réussi, de la Champagne. 

Si la réforme de l’Inao et des règlements européens ont changé bien des choses après 2006, on ne peut que constater que Marc Brugnon a ouvert de bonnes pistes, lui qui par ailleurs était un passionné des hautes montagnes. Il a partout invité les producteurs à construire leur avenir avec la préoccupation de « penser global », c’est-à-dire de concilier rémunération et épanouissement des producteurs et productrices avec les attentes des consommateurs et le respect de notre planète.   

C’était déjà inscrit dans les projets de la JAC et c’est sans doute ce même message de jeunesse qu’il nous lègue. » 

Amicale des anciens de l’Inao 

 

*Vigneron à Châteauneuf-du-Pape, il va présider l’Inao après le retrait de Jean Pinchon en 1998. Il sera considéré par la presse anglo-saxonne autour de l’an 2000 comme le meilleur vigneron du monde. Il est décédé en 2009. 

**Vigneron en Languedoc, valorisant l’action de Philippe Lamour, il va être le grand artisan de la reconnaissance en AOC des vins du Languedoc dans les années 1980. Il est décédé en 2021. 

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Élections européennes : CAP immédiat sur la PAC !

L’Europe du vin s’écrira à Bruxelles. Si en France, le scrutin a été largement favorable à la liste Rassemblement national (31%), en Europe, les résultats montrent un Parlement un peu plus à droite qu’en 2019, mais sans que les équilibres soient chamboulés, explique la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d'Origine Contrôlée (Cnaoc).

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole