Ouf, raisins bien rentrés !

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur :

Gel, pluie, orages, grêle… il était temps de boucler cette vendange 2017, fruit d’une nouvelle année de travail. Bien triée, cette récolte réduite reste très prometteuse. “Une vendange compliquée mais avec beaucoup de points positifs”, résume Laurent Panigaï, dont on connaît la qualité d’expert (il fut de longues années responsable du service viticulture du Comité…

Cet article est réservé aux abonnés.

Coquard en vedette à Vandières

« Grande qualité de jus et peu de bourbes avec ce Coquard », se réjouit Nicolas Salomon.

Pas simple encore, cette vendange 2017 à Vandières… Gel comme dans beaucoup de secteurs champenois, mais aussi pluie, pluie et encore pluie. Avec ce triste jour du 16 août. "On a pris 35 mm en 45 minutes…" se souvient Nicolas Salomon. Coup dur notamment pour les meuniers, très fragilisés, qui sont avant la date officielle d’ouverture vite montés en degré et qui rejoignaient le jour J le domaine, après un tri indispensable (les grains touchés par la pourriture commençaient à sécher). Avant les chardonnays d’ailleurs, plus épargnés et dans l’ensemble au fort potentiel. Et avant les parcelles de pinots noirs sur Boursault et Venteuil, plus chargées en raisin car plus épargnées par le gel de printemps. La bonne nouvelle maintenant ! Parce qu’il apprécie la qualité du jus et le peu de bourbes par rapport à un pressoir pneumatique, Nicolas Salomon a acheté un pressoir Coquard traditionnel, rénové notamment avec des lattes en plastique. Moderne donc, résistant, plus facile à nettoyer, adapté pour l’indispensable hygiène requise… "Et surtout, précise Nicolas, performant en matière de qualité de jus, de limpidité. Et beaucoup moins bruyant qu’un pneumatique." Un 4000 kg idéal pour travailler le parcellaire dans les différents secteurs (3,6 ha au total). Evidemment, il faudra faire avec le manque de raisins (moyenne de 8000 kg/ha sur les meuniers) et la réserve sera la bienvenue ! Chez Nicolas Salomon, vigneron indépendant, tout est pressé, vinifié, élevé pour faire de la bouteille. Sortis du pressoir, les jus rejoignent les belons qui, une fois la vendange terminée, seront nettoyés et redressés le long du mur. Indispensable gain de place ! Les jus s’écoulent par gravité dans les cuves de débourbage en acier émaillé, posées dans la cave. Pour la vinification et les vins de réserve, de nouvelles cuves en inox remplacent celles en acier émaillé. "J’ai cassé la tirelire en 2015 pour acheter 14 cuves de 21,80 hl en double compartiment. Cela me permet de séparer toutes mes cuvées, de travailler par parcelle et par cépage. Je conserve juste une grosse cuve en acier émaillé pour mes assemblages."  www.facebook.com/champagnedenissalomon  

Pressoir et cuverie neufs à Mardeuil

De gros investissements inaugurés pour cette vendange 2017 pour le Champagne Briaux Lenique.

Vendange compliquée également au domaine Briaux Lenique de Mardeuil, qui travaille 4 hectares, soit 21 parcelles (50 % pinot meunier, 30 % chardonnay et 20 % pinot noir). Il fallait jongler et garder son calme car tous les gros travaux engagés en novembre 2016  (nouveau pressoir, nouvelle cuverie, nouvel espace d’accueil, aménagement des caves pour gagner en stockage) ont pris du retard… Ce qui n’arrangeait pas l’organisation familiale, qui a dû à regret faire appel à un prestataire pour la cueillette au lieu de l’équipe habituelle. Heureusement, le moral remontait vite à l’arrivée des caisses chargées de beaux raisins (avec des chardonnays au top). Nathalie et Stéphanie, qui ont repris les rênes de l’entreprise familiale (mais Pol et Christiane, les parents, ne sont jamais loin) savouraient aussi la nouvelle acquisition bien fonctionnelle et qualitative. Un pressoir 4000 kg Europress de Scharfenberger, qui remplace l’ancien Coquard traditionnel vertical, et que le salarié Sébastien prenait visiblement plaisir à inaugurer. Pas question toutefois de se débarrasser de celui qui aura longtemps servi au domaine, le Coquard fera la joie des visiteurs et servira sans doute à élaborer une nouvelle cuvée. Rien n’est encore décidé mais l’idée trotte déjà dans la tête de Nathalie, qui avec sa sœur développe les cuvées et leur valeur. Presser, débourber, vinifier, stocker… Les jus des beaux raisins rejoignaient la nouvelle cuverie du domaine, 450 hl de contenants inox permettant un travail parcellaire (moyenne de 22 hl). Tout le travail sera désormais effectué sous cuves inox, qui remplaceront donc l’acier émaillé. Maintenant que la vendange est à l’abri, les travaux vont pouvoir s’achever. Pour un résultat final qui s’annonce pratique, moderne et accueillant. www.facebook.com/ChampagneBriauxLenique

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Du nouveau avec les Ateliers techniques de la viti

Les Chambres d'agriculture du Vignoble champenois innovent. Avec les Ateliers techniques de la viti, elles proposent une nouvelle formule basée sur l’échange et des démonstrations en dynamique de matériels adaptés à la saison.

La Chambre d’agriculture de l’Aube déménage en avril

À partir du 3 avril, la Chambre d’agriculture de l’Aube accueillera désormais tous ses ressortissants et partenaires à l’Espace Régley. Un nouveau lieu à Troyes pour poursuivre le projet inTERREractions et la création d’une nouvelle dynamique consulaire.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole