Philippe Chalmin : “Les Champenois ont la chance de pouvoir s’appuyer sur un modèle exemplaire”

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur :

Philippe Chalmin, 66 ans, historien et économiste, spécialiste des marchés des matières premières, sera le grand témoin de l’assemblée générale du SGV 2018. Sans rien dévoiler de son intervention, le 12 avril au Palais des fêtes à Epernay, La Champagne Viticole vous propose de faire connaissance avec cet habitué des plateaux télé, des studios de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Repères Philippe Chalmin est né le 22 octobre 1951. Historien et économiste libéral, spécialiste des marchés des matières premières, il a fondé le Cercle Cyclope qui publie chaque année, depuis 1986, un rapport sur l'état et les projections des marchés mondiaux des matières premières. Professeur agrégé d'histoire, puis membre d'un laboratoire au Conservatoire national des arts et métiers, il a également enseigné en sciences économiques, en histoire contemporaine à l'université Paris-Dauphine, où il dirige un Master en affaires internationales depuis 1999. Philippe Chalmin a par ailleurs été conseiller du commerce extérieur de la France, conseiller économique du groupe Euler, membre du Conseil de prospective européenne et internationale pour l'agriculture et l'alimentation, consultant de la Banque mondiale et membre du Conseil d'analyse économique auprès du Premier ministre. Egalement chroniqueur, on a pu le voir débattre sur I-Télé avec Bernard Maris, l'économiste et écrivain assassiné le 7 janvier 2015 lors de l'attentat qui a frappé les bureaux de Charlie Hebdo. Philippe Chalmin signe des collaborations régulières dans Le Monde, La Croix ou Le Nouvel Economiste. Philippe Chalmin est chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, de l'ordre national du Mérite et de l'ordre du Mérite agricole, et médaille d'or de l'Académie d'agriculture.
L'observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires Philippe Chalmin est le président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, une commission administrative à caractère consultatif, depuis sa création en 2010, par la loi d'orientation agricole, quand Bruno Le Maire était ministre de l'Agriculture. La demande venait des professionnels : créer une structure indépendante pour observer et analyser les prix du champ à l'assiette. "Nous publions chaque année un rapport sur la plupart des grandes filières agro-alimentaires au Parlement, c'est unique en Europe." Prorogé par le gouvernement de François Hollande en octobre 2016, Philippe Chalmin a été reconduit à ce poste en septembre 2017 par le gouvernement. L’observatoire, qui s’appuie sur les travaux de FranceAgriMer, a pour but d’éclairer les acteurs économiques et les pouvoirs publics sur la formation des prix et des marges au sein de la chaîne de commercialisation des produits alimentaires, issus de l'agriculture, de la pêche ou de l'aquaculture. Il étudie les coûts de production agricole, les coûts de transformation et les coûts de distribution et examine la répartition de la valeur tout au long de la chaîne de commercialisation.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole