Prêt garanti par l’Etat (PGE) : le remboursement

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur :

La crise sanitaire souffle sa première bougie. Pour certaines exploitations, cela sonne la fin du différé d’un an du prêt garanti par l’Etat (PGE) dont il faut sérieusement anticiper le remboursement. Rappels sur le PGE Le PGE est une avance de trésorerie sous forme d’un prêt distribué par les banques. Il est garanti par l’Etat…

Cet article est réservé aux abonnés.

Le financement de l’entreprise viticole : un enjeu clé en période de crise

Les viticulteurs qui conservent des stocks, et notamment en bouteilles, sont le plus concernés par les difficultés de trésorerie. Le stock représente toujours un poids important à financer et il augmente du fait du recul des ventes en cette période difficile. En complément, cette mévente réduit les entrées de trésorerie. La réflexion sur ses modes de financement, avec accompagnement par son conseiller habituel, est donc primordiale. Les fonds laissés dans l’entreprise depuis sa création, ainsi que de nouveaux apports personnels (ou la réduction des prélèvements des associés) constituent la part de financement réalisé par le chef d’entreprise. Les emprunts à court terme, moyen terme et autres prêts garantis par l’Etat sont les financements bancaires extérieurs. Comme tous les prêts, à titre privé ou professionnel, il est nécessaire de les proportionner à sa capacité future de remboursement. Pour cela, une mesure de la CAF (capacité d’autofinancement) ou de l’EBE (excédent brut d’exploitation), en lien avec le résultat dégagé, est à évaluer en tenant compte de l’impact de la variation de l’appellation et du chiffre d’affaires. En effet, les annuités des prêts ne doivent pas absorber plus de 70 à 80 % de la CAF future. Le PGE est un nouvel outil qui n’est pas majoritairement entré chez tous les viticulteurs car il n’est pas toujours nécessaire, ni adapté à la situation existante. Il sera parfois remplacé par d’autres modes de financement avant son premier anniversaire.

Pascal Billiard, AG2C

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

La déclaration du micro-BA en détail

Comme chaque année, il est temps de déclarer ses revenus ! Les exploitants soumis au régime du micro-bénéfice agricole (micro-BA) doivent déclarer leurs recettes dans une annexe de la déclaration générale des revenus : la 2042 C-PRO.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole