2024, année élective au Conseil d’administration du SGV

Les assemblées régionales de février 2024 permettront le renouvellement de la moitié du Conseil d’administration du Syndicat Général des Vignerons, conformément à ses statuts. Cette année, 24 postes sont à pourvoir dans les dix secteurs représentant l’ensemble de l’AOC Champagne.

Temps de lecture : < 1 minute

Auteur : La Rédaction

Pour ces élections, 23 administrateurs arrivent en fin de mandat et un siège non pourvu en 2022 est à nouveau ouvert pour une période de deux ans seulement.

Si la plupart des sortants sont candidats à leur succession, sept ne se représenteront pas (sur le tableau, leur nom est suivi d’une étoile). Après une implication sans faille et parfois plusieurs mandats, ils laissent la place à d’autres qui souhaitent construire l’avenir du Syndicat.

Toute personne adhérente au SGV, ayant moins de 65 ans et jouissant de ses droits civiques peut faire acte de candidature. Pour ce faire, un mail ou un courrier doit être envoyé au SGV dix jours ouvrés au plus tard avant la date de l’assemblée régionale.

Contact : Service Relations Syndicales, Syndicat Général des Vignerons de la Champagne
17 avenue de Champagne – 51200 Épernay
Mail : relations.syndicales@sgv-champagne.fr
Tél. : 03 26 59 55 21

Questions à un administrateur sortant

Denis Velut, vigneron à Montgueux, est administrateur du SGV depuis 2001 et corapporteur de la Commission qualité et développement durable. Atteint par la limite d’âge, il quitte le conseil d’administration et laisse sa place pour le secteur Côte des Bar, Montgueux et Haute-Marne.

Depuis combien de temps étiez-vous administrateur au CA du SGV ?

J’ai commencé au Groupe des Jeunes en 1990 en même temps que j’étais aux Jeunes Agriculteurs, et après 8 ans d’activité, j’ai fait une pause avant de me présenter en 2001 au poste d’administrateur vacant dans mon secteur. Je suis issu d’une famille très impliquée dans le syndicalisme viticole : mon père m’a toujours encouragé à m’engager dans la vie de l’Appellation. Je me souviens qu’il m’emmenait aux assemblées du Syndicat à Épernay. Très tôt, j’ai été motivé pour m’impliquer pour mieux comprendre le fonctionnement de notre vignoble et de ses instances.

Qu’est-ce que cet engagement vous a apporté ?

J’ai toujours été intéressé par la technique viticole et l’environnement. Pendant toutes ces années, nous avons travaillé avec les services techniques du Comité Champagne sur plein de dossiers concernant les nitrates, les biocontrôles, les outils de décisions… J’ai également fait de la formation pendant quelques années. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est la création de liens entre les Chambres d’agriculture, le Comité Champagne et les services du SGV pour faire progresser la Champagne ainsi que les échanges avec les organisations nationales.

Que diriez-vous à une vigneronne ou un vigneron qui voudrait se présenter ?

Je lui dirais de ne pas hésiter. Si l’on a des idées à défendre, si l’on veut participer activement à l’évolution du vignoble, c’est là que ça se passe. S’il y a une qualité à retenir pour ce poste, c’est probablement la capacité d’écoute.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

En Champagne, le bio entend rester dans la course 

Bien que la progression de la viticulture bio marque un peu le pas en 2023, les acteurs de cette filière ont des raisons d’espérer dans un monde meilleur. D’abord parce que la professionnalisation de l’ACB se poursuit, ensuite parce que les multiples actions menées portent leurs fruits. Enfin, parce que l’esprit partenarial dans lequel ils s’inscrivent doit leur permettre de « peser » davantage dans les débats.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole