Chapeau pour Dom Caudron !

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur :
90 ans : joyeux anniversaire aux coopérateurs du village de Passy-Grigny. Du haut des cieux, aux côtés de saint Vincent, Dom Caudron peut être fier du chemin parcouru.

Un heureux président de coopérative.


Nonante ! Au cours de la chaude fin de journée du 19 juillet, l’effervescence battait son plein au cœur de Passy-Grigny. Les invités (près de 200) arboraient de symboliques couvre-chefs en l’honneur des 90 ans de la coopérative Dom Caudron, dans une ambiance vintage et champêtre ponctuée par les notes jazzy des musiciens du bien nommé groupe Cocktail et les facéties d’un échassier tour à tour clown et magicien.
La genèse
« Tout a démarré le 22 avril 1929, quand 23 vignerons de Passy-Grigny se sont retrouvés devant un notaire pour constituer la coopérative avec un capital de 30 000 francs », lance Laurent Lequart, le président, pour signifier le chemin parcouru depuis 90 ans. « C’est Aimé Caudron, le célèbre curé du village, qui proposa de s’unir afin d’acheter un local et un pressoir. »
Au fil du temps, la coopérative s’est développée au rythme de la Champagne. « Depuis 90 ans, son visage s’est modifié mais la finalité est toujours la même : servir au plus près ses adhérents. »
Elle représente désormais 131 hectares, 92 adhérents, une capacité de pressurage de 240 000 kilos par jour avec un chargement automatique, une cuverie de 20 000 hectos, une capacité de stockage de 2 millions de bouteilles ainsi qu’un panel de prestations très élargi, allant du suivi viticole à la commercialisation sans oublier un formidable outil oenotouristique qui a reçu en juin le prix Pierre Cheval de l’embellissement (décerné par la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne, patrimoine mondial de l’Unesco).
« Il s’agit d’une belle reconnaissance à la hauteur des efforts fournis, et de l’activité de la marque en un peu moins de 10 ans », poursuit le président. « Nous accueillons 6000 visiteurs par an dont 80 % d’étrangers. Nos ventes de champagne représentent près de 60 000 bouteilles distribuées dans une vingtaine de pays. »
Enjeux
« L’objectif fixé il y a 10 ans, celui d’arrêter la spéculation sur latte au profit des vente sous la marque Dom Caudron, est en passe d’être gagné ! De nouveaux enjeux s’ouvrent à nous comme l’environnement et l’accompagnement des adhérents vers une certification. »
Laurent Lequart pointe aussi des enjeux commerciaux avec des ventes de champagne atones, comparé à une forte progression des mousseux et sparkling wines. « Le marché champenois se durcit avec des maisons qui ciblent leurs appros et sont de plus en plus exigeantes sur la qualité en cohérence avec le niveau de rémunération. C’est pourquoi nous avons décidé la mise en place d’une cuverie compartimentée portant sur des volumes de 10 à 60 hectos. Cela permettra de réaliser des cuvées personnalisées, mais aussi de répondre aux attentes de maisons partenaires. »
Le président n’a pas manqué de rendre hommage à ses prédécesseurs : Camille Philippe, Lucien Pelletier, Maurice et Robert Caillot, Marcel Robion.
A noter enfin que les viticulteurs de la coopérative de Passy-Grigny ont su transformer et vivre du fruit de leur passion partagée : le meunier !

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Les coopératives champenoises misent sur la RSE

Depuis un an, La Coopération Agricole Grand Est (LCA GE) travaille avec des coopératives sur les étapes de leur démarche RSE afin de proposer un accompagnement complet à destination notamment de la filière viticole champenoise.

Audrey Léger, le mutualisme en héritage

Audrey Léger a intégré le Conseil d’administration de la Section Champagne de la Coopération Agricole Grand Est en mars, en tant que titulaire, avec l’ambition de participer activement au rayonnement de la coopération viticole champenoise.

Aux Riceys, la guerre des coops n’a pas eu lieu 

D’un côté les « Gauchos », de l’autre les « Cathos » ! Aujourd’hui centenaires, la Cave Coopérative des Riceys et la Coopérative de Balnot-sur-Laignes ont longtemps coexisté avec la Coopérative Viticole des Riceys, apparue en 1953 sur fond d’obédiences politiques et convictions religieuses divergentes de la première.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole