Une soirée dédiée aux présidents de section

Convivialité, rencontres et gourmandises au menu de la soirée des présidents de section organisée le 10 janvier à Reims par le Service Relations Syndicales de SGV dans le cadre de sa politique de redynamisation du réseau de terrain.

Temps de lecture : 6 minutes

Auteur : Alain Julien

Franc succès pour cette première édition d’une soirée spéciale présidents de section : près de 150 d’entre eux, venus de l’ensemble de l’AOC se sont ainsi retrouvés dans le joli cadre du restaurant bistronomique du domaine des Crayères, privatisé pour l’occasion, pour échanger entre eux et avec les administrateurs du SGV.

Côté gourmandise, trois pôles de dégustations de champagnes classifiés selon les Caractères Vif, Fruité et Intense étaient à disposition des convives, agrémentés de bouchées en accord avec les vins.

« Le conseil d’administration a décidé de faire de l’animation des sections locales une priorité. Les sections sont la base de notre Syndicat, ce sont les portes d’entrée de nos adhérents. C’est par ce canal qu’il leur est possible de faire remonter leurs questions et leurs attentes, et on sait qu’elles sont nombreuses.
Depuis l’an dernier, nous proposons de soutenir financièrement les sections qui porteraient un projet collectif, qu’il s’agisse d’oenotourisme, de formation ou encore d’innovation. Plus largement je vous invite à profiter de cette soirée pour échanger avec un maximum de personnes et à partager toutes vos bonnes idées pour que notre syndicat soit toujours aussi fort, dynamique et innovant. Pour cela nous avons besoin d’une base solide et c’est à vous que revient cette mission », a expliqué Maxime Toubart, le président du SGV avant de lancer les festivités.

Paroles de présidents

 

Nathalie Alexandre, présidente de la section de Courmas
« Pour moi, le rôle d’une section locale c’est de bien relayer les informations du SGV auprès des vignerons. Un des exemples qui me vient, c’est l’organisation de la prospection collective pour la flavescence dorée. Cette soirée dédiée aux présidents est très enrichissante. Ça permet justement de discuter avec des membres d’autres sections locales dans des secteurs complètement différents. Nous sommes habitués à discuter entre nous par secteur, mais rencontrer d’autres vignerons est très utile à comprendre les différentes problématiques.»

 

Vanessa Fayet, présidente de la section de Romeny-sur-Marne
« Être présidente, c’est vraiment être à l’écoute des viticulteurs et tout mettre en œuvre pour prendre soin du vignoble. Il y a une dimension sociale dans cette fonction. En plus j’ai la chance d’être bien accompagnée par le vice-président et le trésorier.
On commence à faire des réunions, à s’impliquer vraiment dans les projets et faire vivre le village, c’est important. La section locale est un socle, elle fait partie d’un ensemble avec le conseil d’administration du Syndicat et sa présidence. Si chacun reste actif et fait son travail, on devient très forts.
Lors de notre dernière réunion pour la flavescence dorée, on a réussi à mobiliser beaucoup de monde dans le village, c’est plutôt encourageant de voir ce collectif en action.
Cette soirée est une très bonne initiative, cela nous permet de connaître d’autres présidents de sections locales et de partager ses projets, ses conseils…, c’est intéressant. »

Sébastien Picart, président de la section de Verneuil
« La fonction d’un président d’une section locale est de représenter les vignerons et de leur amener les bonnes informations pour notre vignoble et notre filière. Avec la section, il doit aussi faire vivre le village et limiter autant que possible les tendances individualistes.
À la section de Verneuil, nous formons un groupe assez jeune avec des projets intéressants pour le village comme la construction d’une aire de piquenique.
Avoir un Syndicat avec cette base de sections locales est certainement une force, mais je pense que certains ont l’impression de ne pas être toujours entendus par les élus, peut-être faudrait-il multiplier les réunions comme ce soir pour entretenir le dialogue. » 

 

Paul Froissart président de la section de Verzenay
« Être président d’une section locale, c’est avant tout être à l’écoute des viticulteurs du village et ambassadeur à la fois du SGV au village et des vignerons au Syndicat. On est entre le marteau et l’enclume, parfois.
Les viticulteurs dans les villages ne prennent pas forcément le temps de s’informer sur les actions ou les réalisations du SGV et c’est à la section locale de les relayer pour faire comprendre l’importance de former un collectif uni. Nous avons un rôle pédagogique envers le vignoble, il s’agit quelquefois de délocaliser le siège du SGV d’Épernay sur le terrain.
Cette soirée m’a permis de retrouver des amis que je n’avais pas vus depuis vingt ans. Et plus sérieusement, cela permet d’échanger avec des administrateurs qu’on n’a pas le temps de voir, qui sont sur d’autres secteurs de la Champagne, qui ont d’autres problématiques techniques, économiques ou juridiques.
Et puis, on peut aussi voir nos voisins de clocher parce qu’on se croise dans les vignes, mais on n’a pas forcément le temps de discuter, et là, c’est l’idéal. » 

Hélène Pinard, présidente de la section locale de Sézanne
« J’aime bien l’idée de m’impliquer pour le collectif et le territoire. Le rôle de présidente de section, c’est déjà d’être disponible pour tous les vignerons, être à l’écoute et force de propositions. Il faut savoir prendre des initiatives et aimer faire bouger les choses.
En ce moment, nous travaillons à l’installation de puffers pour la confusion sexuelle, et je trouve qu’il y a une bonne mobilisation. Sur les sujets techniques et concrets, c’est peut-être plus facile de réunir les professionnels.
Les sections locales sont là pour relayer les informations et structurer les décisions syndicales.
J’aimerais bien qu’il y ait plus de réunions thématiques avec les autres secteurs pour échanger sur nos problématiques et nos pratiques, mais on manque tous de temps pour cela.  Ce genre de soirée conviviale est un bon moyen pour discuter d’une façon conviviale. C’est une très belle initiative à refaire régulièrement. » 

 

Annick Amyot, présidente de la section de Loches-sur-Ource
« Notre rôle est de défendre la Champagne, organiser les réunions d’information, la Saint-Vincent, faire des animations thématiques, gérer la lutte contre la flavescence dorée. On est souvent sur le terrain pour faire vivre la commune. C’est important pour le Syndicat de pouvoir s’appuyer sur les sections locales fortes et mobilisées.
C’est une soirée très sympathique et conviviale. Ça fait du bien de se retrouver tous ensemble sans rien n’avoir à organiser. »

 

Annie Moyat-Jaury, vice-présidente et trésorière de la section locale de Polisy
« Pour moi, la section locale est le relai de toutes les informations utiles pour les viticulteurs.  C’est aussi un lieu de propositions que nous faisons remonter aux administrateurs. Sans section locale, je ne sais pas comment nous serions informés, ce serait compliqué. Pour la flavescence dorée par exemple, on voit bien que la lutte passe par la mobilisation des villages et par la formation des viticulteurs.Pour que le Syndicat fonctionne bien, il fait que chacun à sa place soit à l’écoute de l’autre. Et ce qui est bien c’est qu’au final, on fait tous le même métier, donc on peut se comprendre.
Cette soirée est très agréable. Nous sommes venus de l’Aube en bus et on a juste à se laisser vivre dans un cadre magnifique. Cela permet aussi de faire des connaissances avec des personnes d’autres secteurs et là, on s’aperçoit que les problématiques sont les mêmes et on peut se conseiller et s’entre-aider.

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Élections législatives : ce que la Cnaoc retient du scrutin

« Après une campagne législative éclair et tumultueuse, quelles sont les perspectives pour la filière viticole et que peut-on attendre de cette nouvelle Assemblée nationale alors que l’agriculture a été la grande absente des débats lors de ces élections ? », s’interroge la Confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vin à Appellations d’origine contrôlées (Cnaoc).

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole