Le réveil des coteaux-champenois

Majoritaires en rouges puis en blancs, les coteaux-champenois reviennent sur le devant de la scène, élaborés avec de plus en plus de rigueur. Une grande dégustation à l’aveugle vient de mettre en lumière ces vins tranquilles, révélateurs d’une large gamme de terroirs et de cépages travaillés dans le vignoble.

Temps de lecture : 3 minutes

Auteur : Thierry Perardelle

« Notre association Petit mais Coteaux regroupe d’anciens étudiants d’Avize Viti Campus en certificat de spécialisation Commercialisation des vins. Nous souhaitons partager notre passion commune pour le vin et notre premier objectif est de mettre en lumière l’AOC Coteaux champenois. » Ainsi, Marie Maïer résume l’action entreprise depuis deux ans par le collectif pour valoriser ces vins tranquilles…

Cet article est réservé aux abonnés.

« Tous ces vins sont typés par leur terroir »

Geoffrey Orban, spécialiste des terroirs et vins champenois, était le parrain de l’événement. Il répond à nos questions.

Quelles sont les tendances constatées dans l’élaboration des coteaux champenois ?

La Champagne bénéficie depuis quelques années du changement climatique avec une maturité des raisins qui devient souvent optimale. À cet élément s’ajoute une évolution du travail viticole pendant l’année, et notamment la recherche d’une meilleure maturité à la vendange, incarnée par exemple par un circuit de cueillette plus ciblé. Cela permet de pousser les maturités plus loin et d’envisager l’élaboration de vins tranquilles différents des vins de base pour le champagne, qui sont plus acides.

L’essor de nombreuses cuvées de coteaux-champenois très qualitatifs, mais peu quantitatifs, est à mettre également au profit de jeunes vignerons qui ont voyagé, testé des techniques de vinification ailleurs qu’en Champagne, et qui veulent simplement exprimer leur savoir-faire de vignerons. Ces vins sont souvent vinifiés sous bois, puisque régulièrement issus de parcelles revendiquées en monocépage, ou en parcelle complantée, ou en assemblages variés. N’oublions pas que la production de coteaux-champenois est permise sur l’ensemble de l’aire délimitée de l’appellation Champagne. Nous voyons ainsi s’exprimer différents secteurs de la Champagne, parfois même là où il y a peu de manipulation. Cela va dans le sens d’une meilleure connaissance de nos terroirs et de leur potentiel en vinification.

Alors que les grands vins rouges et blancs de Bourgogne sont des références mondiales, les coteaux-champenois en monocépage pinot noir ou chardonnay peuvent-ils et doivent-ils rivaliser ?

Les vins rouges de Champagne rivalisaient déjà avec ceux de Bourgogne aux XVIe et XVIIe siècles. À l’avenir, le réchauffement climatique permettra certainement à la Champagne d’élaborer de grands vins rouges délicats, mais plus structurés et plus charnus qu’aujourd’hui. Les dégustations nécessaires, comme celles organisées par Petit Mais Coteaux, permettent déjà de montrer l’excellence des vins blancs, ainsi que la maîtrise et la grande délicatesse qu’offrent certains rouges.

Tous ces vins sont typés par leur terroir champenois avec le filtre du producteur. Ils sont Champenois dans l’âme et par la règlementation. Ils doivent le rester dans le moyen de communiquer, en revendiquant fièrement une alternative de consommation. La Champagne s’est réveillée et compte bien le faire savoir !

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Mathilde Margaine, fière de ses racines vigneronnes

Au sud-est de la Montagne de Reims, le terroir de Villers-Marmery a la particularité d’être planté à 98 % de Chardonnay. Une typicité qui rayonne notamment dans les champagnes A. Margaine, élaborés par Arnaud et sa fille Mathilde. La 5e génération est en marche, tout aussi passionnée.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole