Le SGV fait sa rentrée devant les médias

Les salons de l’hôtel National des Arts et Métiers, à Paris, ont accueilli le 6 octobre le traditionnel rendez-vous entre le Syndicat Général des Vignerons et la presse nationale. Au menu : un point sur l’année culturale, l’économie et les dossiers syndicaux sur la transmission et l’emploi. 

Temps de lecture : 4 minutes

Auteur : Alain Julien

« Cette année, nous avons coché les cases qualité et quantité », s’est réjoui Laurent Panigai, le directeur général du SGV, qui a dressé le bilan des vendanges devant une vingtaine journalistes spécialisés et généralistes dont ceux du Monde, de Reuters, de l’AFP, des Échos, de La Tribune ou encore de RFI. « Tous les indicateurs sont bons…

Cet article est réservé aux abonnés.

Soigner les accords et la visibilité des champagnes de vignerons

Devant un panel de médias et d’influenceurs à l’audience nationale, et parfois pointue en matière de vins, l’occasion est idéale pour la bannière collective Champagne de Vignerons de présenter toute la diversité de ses vins, mais aussi de gagner en notoriété à l’aube du dernier trimestre de l’année. « Tous les Champagnes ont leurs caractères » était le fil conducteur de ce moment de dégustation piloté par Franck Wolfert, spécialiste en la matière : pour l’accompagner dans cette opération séduction, quatre vignerons ont fait le déplacement jusqu’à Paris afin de présenter deux cuvées emblématiques de leur gamme. Ces dernières ont également fait l’objet d’un accord mets-vins aux accents italiens, réalisé par l’hôtel National des Arts et Métiers qui accueillait la conférence de presse de rentrée du SGV. 

Le Champagne Le Brun de Neuville (Bethon) avait dans ses valises la cuvée Côte Blanche et une Double Autolyse, qui étaient mariées à un parimgiano vache rouge et une mozzarelline fritte sauce puttanesca. Le Champagne Cordeuil Père et Fille (Noé-les-Mallets) a choisi son millésime 2015 et sa cuvée Sensation, respectivement alliés à une tartelette buratta et tomate séchée, et à un vitello tonnato et focaccine farcie. Quant au Champagne Pierre Courtois (Crouttes-sur-Marne), ses cuvées Ex Atris Uvis et Terra Nostra ont valsé avec un risotto cacio e pepe, et avec un carpaccio de poulpe. Enfin, le Champagne Pierre Trichet (Trois-Puits) a opté pour sa cuvée Héritage et son Rosé de macération pour un accord travaillé avec bi tok et polpettine di cinta senese. 

GP 

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Agricultrice, viticultrice : les clés d’une installation réussie

L’installation sur une exploitation agricole ou viticole ne s’improvise pas. De nombreux facteurs personnels et professionnels sont à prendre en compte : le portage du foncier, la gestion de l’exploitation dans toutes ses dimensions (économique, technique, humaine…) ou encore le temps à se consacrer à soi-même et à son entourage.

Le futur nous appartient

Vos représentants élus au Conseil d’administration m’ont renouvelé leur confiance pour un nouveau mandat. C’est une fierté et un honneur pour moi de poursuivre la voie que nous avons tracée. Notre ambition a toujours été de construire jour après jour et dossier après dossier un syndicalisme fort et influent pour défendre au plus près les intérêts collectifs de notre beau vignoble. Avec vos administrateurs, nous nous inscrivons dans une continuité d’actions face aux défis qui nous attendent. Ces défis, nous les connaissons bien.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole