Tony Gaudinat : vocation et sens de la responsabilité

Passionné de savoir-faire locaux, Tony Gaudinat a célébré la première vendange de sa nouvelle marque de champagne avec des projets plein la tête. Une étape fondatrice pour ce vigneron amoureux de son terroir de Festigny.

Temps de lecture : 4 minutes

Auteur : Guillaume Perrin

Passionné de savoir-faire locaux, Tony Gaudinat a célébré la première vendange de sa nouvelle marque de champagne avec des projets plein la tête. Une étape fondatrice pour ce vigneron amoureux de son terroir de Festigny.

Cet article est réservé aux abonnés.

Le moine Philibert, du pain béni pour Festigny

Saint-Philibert fait référence à la société créée par le grand-père de Tony Gaudinat dans les années 70. Mais originellement, ce nom est celui d’un moine du VIIe siècle, gardien canonisé de la Vallée de la Marne, dont l’existence aurait été jalonnée de miracles, et l’un d’entre eux se serait déroulé à Festigny… « Il trempa ses mains dans une source toute proche de la propriété où nous avons nos vignes. Son eau est alors devenue bénite et sacrée. Tous les habitants des alentours, et plus loin encore, venaient y laver leur linge. La légende raconte que les vêtements ainsi purifiés protégeaient des pires maladies qui sévissaient », raconte le vigneron.

En choisissant ce nom de marque, Tony Gaudinat a voulu aussi bien honorer le terroir de Festigny que préserver ses racines, tout en se démarquant du point de vue commercial. « Je vois cela comme un atout à l’export. C’est une figure locale qui a beaucoup apporté à ce secteur. J’ai voulu lui rendre hommage, comme à ce terroir qui m’est cher. Je souhaitais une identité différente de mon nom de famille, mais il fallait que ce choix me corresponde et me tienne à coeur… »

Recherche

  • Par tranche de date

Recherches populaires :

Coopératives

Vendanges 2022

Oenotourisme

UNESCO

Viticulture durable

Plus d’articles

Venteuil, l’engagement vigneron en héritage

Venteuil fut l’un des berceaux de la révolte vigneronne de 1911 incarnée par Edmond Dubois, figure emblématique du village. Aujourd’hui encore, cette commune perpétue son histoire, imprégnée de l’abnégation de ses ancêtres pour défendre la Champagne et ses vins d’exception.

Mathilde Margaine, fière de ses racines vigneronnes

Au sud-est de la Montagne de Reims, le terroir de Villers-Marmery a la particularité d’être planté à 98 % de Chardonnay. Une typicité qui rayonne notamment dans les champagnes A. Margaine, élaborés par Arnaud et sa fille Mathilde. La 5e génération est en marche, tout aussi passionnée.

Vous souhaitez voir plus d'articles ?

Abonnez-vous

100% numérique

6€ / mois
72€ / 1 an

Numérique & magazine

80€ / 1 an
150€ / 2 ans

Magazine la Champagne Viticole